UFC-Que Choisir lance un ultimatum à Facebook et Google

L’association française et indépendante UFC-Que Choisir a enquêté sur les conditions d’utilisation des géants américains du web Facebook, Google et Twitter. Concernant l’utilisation des données personnelles, elle les a jugé abusives et contradictoires aux lois européennes et françaises. L’UFC-Que Choisir lance donc un ultimatum de 3 semaines à ces entreprises américaines pour se mettre en conformité avec la loi.

l'UFC-Que choisir lance un mouvement pour que les utilisateurs reprennent le contrôle de leurs données

l’UFC-Que choisir lance un mouvement pour que les utilisateurs reprennent le contrôle de leurs données

C’est une initiative courageuse. Nous espérons que cela fera prendre conscience du problème au grand public. Pour en savoir davantage, nous encourageons nos lecteurs à lire les détails publiés sur leur site, à regarder l’interview d’Alain Bazot sur BFMTV. Rejoignez leur mouvement en signant la pétition « Je garde la main sur mes données ».

Derrière ces conditions d’utilisation jugées abusives il y a le choix d’un modèle économique basée sur la gratuité. Pour simplifier, les clients de Google et Facebook sont les annonceurs publicitaires et pas les utilisateurs. Tout cela, nous en parlions sur le billet Pourquoi Piwigo.com n’est pas gratuit ?

Pour partager leurs photos, les utilisateurs soucieux du contrôle de leurs données pourront s’orienter vers Piwigo.com. Nous vous invitons à (re)lire le positionnement de Piwigo.com : respect de votre vie privée, vous gardez le contrôle sur vos photos, pérennité et non verrouillage du client.

8 réponses à “UFC-Que Choisir lance un ultimatum à Facebook et Google”

  1. 40€ par an… Ce n’est pas cher sauf mis au bout de tout ce que l’on doit déjà payer…. Ça fais trop cher! Vive le gratuit, et tant pis pour mes données privées qui n’ont rien de vraiment secret….

    Répondre

    1. En effet le modèle du « payant » demande aux utilisateurs de faire des choix dans les services qu’ils utilisent car le porte-monnaie n’est pas extensible.

      L’important est que les utilisateurs aient conscience des modèles économiques choisis par ces services avant de décider ce qui leur convient le mieux.

      Répondre

  2. Et oui, 40€ par an non pas gratuit, mais :
    – Cet argent paye des personnes en France : par l’entreprise Piwigo directement mais aussi par OVH, son hébergeur si je ne me trompe pas et occasionnellement des développeurs probablement.
    – Je suis certains de pouvoir récupérer mes donnés si je le souhaite, et les transférer ailleurs ou chez moi.
    – Je sais où son mes donnés, -sans métaphore- et je sais ce qui en est fait (c’est à dire rien à part ce que je demande)
    – Cet argent supporte le développement du Logiciel Libre Piwigo, qui est naturellement disponible gratuitement
    – Pas de pub plus ou moins douteuse sur ma galerie
    – Je peut configurer qui vois quoi, créer des galeries privées et ne partager qu’avec ma famille ou des amis si je le souhaite
    – Je peut mettre des tétons sans censure (!)

    Et enfin, même si ce n’est pas directement lié à mon abonnement : je bénéficie d’une énorme communauté joyeuse et efficace, l’utilisateur est en lien direct avec le logiciel, y compris pour ces améliorations et ces mises à jour. Et tout est en français, y compris le support et les lois encadrant tout ça.

    Vous avez raison, chacun effectue le choix qui lui semble juste et je comprends le vôtre mais en ce qui me concerne je verse mon abonnement avec plaisir et je ne m’inquiète jamais.

    Répondre

    1. Bonjour Nicolas Abraham,

      Très beau pledoyer pour Piwigo.com ! (j’en vois déjà qui doivent se dire que c’est un faux commentaire…)

      > Cet argent paye des personnes en France : par l’entreprise Piwigo
      > directement mais aussi par OVH, son hébergeur si je ne me trompe
      > pas et occasionnellement des développeurs probablement.

      L’entreprise s’appelle en fait Pigolabs, mais oui les salaires sont payés en France. Mais avant ça la TVA, ensuite les charges sur les salaires et enfin l’impôt sur les sociétés (car on est heureux de réaliser des bénéfices ;-). Et c’est garanti sans optimisation fiscale avec un siège en Irlande et une holding au Luxembourg…

      En effet notre hébergeur technique est OVH (donc un français). On y loue des serveurs dédiés. Ils sont répartis entre Roubaix et Strasbourg.

      Répondre

  3. bonjour à tous,

    – payer un service est normal. qui travaillerait gratuitement ? (surtout en France, pays des revendications et des RTT).
    reste à apprécier le montant (qui est du ressort exclusif du vendeur ) et à décider si on achète ou pas.

    – Que Choisir est un gentil organisme qui fait beaucoup de vagues.
    Mais avant d’aller voir les géants américains il devrait jeter un oeil sur les petites entreprises françaises.

    sais-tu, par exemple, que tous les opérateurs Orange , Générale de Téléphonie et autres vendeurs de contrats Orange ont accès à tes identifiants internet et boite mail (y.c. les mots de passe) ?
    je suis sûr qu’il en va de même de tous les autres FAI (à vérifier)

    ailleurs Orange te mets en garde contre la divulgation du mot de passe !
    je ne sais pas toi, mais perso ça m’amuse beaucoup.

    moi, c’est clair : aucune donnée perso sur le ouèbe. et surtout pas sur un cloud !!!
    bonne journée
    ~;o)

    Répondre

    1. Bonjour alains,

      > sais-tu, par exemple, que tous les opérateurs Orange,
      > Générale de Téléphonie et autres vendeurs de contrats
      > Orange ont accès à tes identifiants internet et boite
      > mail (y.c. les mots de passe) ?

      En France, les fournisseurs d’accès ont l’obligation légale de conserver le journal d’activité de ses clients. Pas le contenu mais la liste des sites visités et quand. Ce journal est conservé pendant 1 an.

      Un FAI voit absolument tout le trafic qui passe par chez eux. Si ce trafic n’est pas chiffré (comme avec HTTPS), alors oui ils peuvent récupérer les mots de passe de n’importe lequel de leurs clients, et pour n’importe quel site sur lequel ils se connectent. Pour autant, sauf scandale, ils ne le font pas. Ils y a une grande différence entre ce qu’un fournisseur technique « peut » faire et ce qu’il fait vraiment.

      A un moment il faut « faire confiance » à son fournisseur technique. Chez Piwigo.com, on a aussi accès à toutes les données stockées sur nos serveurs (mais vos mots de passes sont stockés cryptés, impossible pour nous de les décrypter).

      Répondre

  4. ah … j’ai oublié …

    99% des signataires de la pétition de l’UFC sont très certainement des adeptes du téléchargement de musiques et video « gratuits ».

    ça aussi ça m’amuse beaucoup ….

    Répondre

    1. Pour continuer sur la réponse au précédent message, la grosse différence entre un FAI et Google/Facebook c’est le modèle économique. Le modèle économique de ton FAI n’est pas d’exploiter des données personnelles. Dans cette campagne lancée par UFC-Que choisir, j’espère surtout que cela va permettre aux utilisateurs de comprendre ce principe que rien n’est vraiment gratuit et qu’une fois que tout le monde comprendra ce que la gratuité implique, les gens pourront faire des choix en connaissance de cause.

      Si à chaque fois qu’on ajoutait une photo dans Facebook, il était écrit « merci, cette photo va nous permettre de mieux vous connaître et d’améliorer le ciblage de nos publicités, et aussi on va pouvoir réutiliser cette photo comme bon nous semble », je pense que beaucoup d’utilisateurs limiteraient leur utilisation de ces plateformes gratuites… Attention ce que j’écris n’est pas extrapolé, ce sont leurs conditions d’utilisation et leur modèle économique, ils ne faut pas qu’ils en aient honte, il faut juste être honnête avec les utilisateurs.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.