Flickr, Google Photos… La fin de l’hébergement photo gratuit ?

La nouvelle a fait grand bruit : aux alentours du 12 novembre 2020, Google a annoncé mettre fin à l’hébergement gratuit et illimité sur Google Photos. Qu’est-ce que cela signifie ? Pourquoi cette décision ? Quelles alternatives aux GAFAM pour l’hébergement de données ?

Quand les géants du web disent stop au tout-gratuit

En novembre 2018, Flickr, service d’hébergement et de partage de photos en ligne, annonçait une refonte de son modèle tarifaire : les comptes utilisateurs gratuits hébergeant plus de 1000 photos devaient souscrire à un abonnement payant, sous peine de voir une partie de leurs photos supprimées. Les utilisateurs criaient au scandale, mais de notre côté, nous trouvions ça plutôt normal.

A lire : Pourquoi Flickr (re)devient payant

De nombreux utilisateurs en quête d’alternative à Flickr se sont à l’époque rabattus sur Google Photos, qui offrait un hébergement gratuit et illimité de vos photos (moyennant le fait d’accepter leur compression). 

Mais Google a rebattu les cartes il y a une semaine, en annonçant la fin de son modèle gratuit. A partir du 15 juin 2021, il faudra payer pour héberger plus de 15 Go de données chez Google (en incluant votre compte Gmail et Google Drive).

Cela n’a l’air de rien, mais cette annonce est un signal important : après des années de “tout gratuit”, les géants du web décident de monétiser l’hébergement de données, même auprès des particuliers, et même pour de “petits” volumes.

tarifs google
La nouvelle tarification des offres Google

Le vrai coût de l’hébergement en ligne

Cette décision peut sembler paradoxale, compte tenu du fait que le coût de l’hébergement a diminué de manière radicale ces 20 dernières années. Puisque l’espace de stockage coûte de moins en moins cher, pourquoi rendre payant ce que l’on proposait gratuitement auparavant ? 

Tout d’abord, même si le coût de l’espace de stockage a chuté depuis le début des années 2000, il a tout de même un coût. Derrière un “Drive” ou un “Cloud” virtuel, il y a de gigantesques machines, qui consomment de l’énergie. Il faut du personnel pour les maintenir, les surveiller, les sécuriser. Et puis il y a le développement et la maintenance des logiciels, applications web et mobiles exploités par les utilisateurs finaux pour gérer leurs fichiers. Tout cela n’est pas gratuit.

A lire : Où sont stockées les photos avec Piwigo ?

Un volume de données exponentiel

Si le coût de l’hébergement a diminué ces 20 dernières années, il faut savoir qu’en parallèle, le volume de données créé a explosé ! 

Prenons un exemple très concret :

Aujourd’hui, lorsque vous faites une photo avec votre smartphone, elle pèse en moyenne 2 Mo. Avec un smartphone dernière génération, cela peut aller jusqu’à 10 Mo. La moindre vidéo de chaton de 15 secondes pèse 50 Mo. L’incroyable GIF ci-dessous pèse 3 Mo.

via GIPHY

A titre indicatif, lorsque vous preniez une photo avec votre appareil numérique compact il y a 15 ans, elle ne pesait que 100 ou 150 Ko, soit 0,1 Mo… 100 fois moins qu’aujourd’hui !

Ainsi, le volume de données créées chaque jour par nos usages numériques a explosé et ce n’est pas fini si l’on en croit certaines projections (voir cette étude de JDN en 2019).

explosion volume données

C’est une piste d’explication dans le revirement de Google. Proposer un stockage illimité à des particuliers qui créent 1 ou 2 Go de photos par an, c’est faisable. Quand ils génèrent des dizaines de Go de photos et de vidéos rien qu’avec leur téléphone chaque année, cela devient plus compliqué à rentabiliser.

Avec Google, si c’est gratuit, c’est toi le produit

Mais n’oublions jamais ce qui se cache derrière la gratuité des services web offerts par les GAFAM : les services gratuits sont en réalité des monnaies d’échanges contre notre attention et contre nos données personnelles.

Pourquoi Google propose-t-il des services gratuits ? Pour deux raisons qui ne sont pas charitables mais au contraire, très “business” :

  • Premièrement, les offres gratuites sont en quelque sorte des “produits d’appel”. Elles permettent à Google d’attirer des millions d’utilisateurs. Quand Google a lancé Gmail, c’était la seule messagerie qui ne vous obligeait pas à faire le ménage dans vos emails, puisque le volume de données stockées était illimité. Un bon moyen d’habituer les internautes à l’univers Google et ainsi, d’imposer son hégémonie. C’est ainsi que Google a ensuite vendu ses offres d’email, de stockage et bien d’autres services aux entreprises.
  • Deuxièmement, en utilisant gratuitement les outils de Google, vous acceptez de céder une partie de vos données au géant de Montain View. Vous hébergez vos données personnelles chez Google et ainsi, vous lui donnez le droit d’analyser vos données. Vous conservez la propriété intellectuelle sur vos contenus mais vous accordez à Google un droit illimité d’accès à ces données. Pour quoi faire ? Pour entraîner ses algorithmes. Mais aussi pour améliorer votre “profil client” et ainsi, rendre le ciblage publicitaire de Google plus efficace.

Les alternatives à Google Photos

Si vous souhaitez conserver vos photos chez Google, vous devrez donc assez rapidement vous acquitter d’un abonnement : 20 euros par an pour 100 Go, 30 euros par an pour 200 Go et 100 euros par an pour 1 To. Certes, c’est raisonnable. Mais c’est Google.

Voici donc quelques solutions respectueuses de vos données personnelles et qui peuvent vous intéresser, pour remplacer Google Drive :

  • kDrive, proposé par l’hébergeur Suisse Infomaniak
  • pCloud, qui est également hébergé en Suisse
  • Nextcloud, un Drive Allemand open source que vous pouvez hébergez vous-même

Attention

Ces solutions sont parfaites pour héberger vos fichiers en ligne mais elles ne sont pas particulièrement dédiées à l’hébergement d’images.

Pour héberger vos photos en ligne et les partager, nous ne vous proposerons pas d’alternative gratuite à Google Photos. Vous l’aurez compris, nous sommes convaincus que la gratuité n’est pas une solution : l’hébergement a un coût matériel, humain et écologique.

Vous pouvez en revanche télécharger gratuitement Piwigo sur piwigo.org et l’héberger sur un serveur de votre choix (à partir de 2,99€/mois chez OVH par exemple). Vous pourrez ainsi mettre en place un espace sécurisé pour sauvegarder vos photos, synchronisé automatiquement avec un répertoire de votre disque dur si vous le souhaitez. Vous pouvez aussi installer l’application mobile Piwigo sur votre téléphone.

Attention

Nous ne sommes pas en train de dire que Piwigo est une alternative à Google Photos ou Google Drive. Ce sont des outils différents.

D’un côté, les fonctionnalités de Piwigo en termes de gestion des photos sont bien plus avancées, notamment pour les entreprises. C’est d’ailleurs pour cela que nous proposons des offres d’hébergement spécifiques aux particuliers et aux entreprises sur piwigo.com.

A l’inverse, nous savons qu’un Piwigo ne saurait remplacer à l’identique un compte Google Photos, car l’intégration avec les téléphones Android (ou Apple) n’est pas aussi fluide. Nous ne proposons pas de synchronisation automatique de l’intégralité des photos de votre téléphone avec Piwigo.

Mais d’expérience, nous savons que certains utilisent Google Photos par habitude, alors qu’ils gagneraient à le remplacer par un Piwigo. A vous de tenter l’expérience !

Crédits photos : Kai Wenzel sur Unsplash

4 réponses à “Flickr, Google Photos… La fin de l’hébergement photo gratuit ?”

  1. C’est bien pour cela que je viens de renouveler mon abonnement Piwigo pour 3 ans. Et que je vais y consacrer beaucoup plus de temps.

    Répondre

    1. Merci pour votre confiance et votre fidélité !

      Répondre

  2. bonjour,
    je partage mon expérience sur le partage de google photos à piwigo.
    En mars dernier j’ai tenté l’expérience piwigo: d’abord en testant la solution avec un compte d’essai. Etant convaincu j’ai souscris à un hébergement sur piwigo.com.

    Par rapport à Google photos:
    – avec un peu d’investissement vous pouvez facilement créer votre galerie à votre image. Ce qui n’est pas le cas avec google photos
    – le partage avec les proches est je pense aussi simple que avec google (et plus sécurisé). Vous pouvez choisir les photos à partager, les albums, avec qui… Cela m’a permis de créer ma galerie publique!
    – le transfert est simple: via appli mobile, via le site web ou via des extensions pour logiciels photos (très pratique).
    – si vous utilisez des tags, piwigo vous permettra de gérer facilement votre photothèque.
    – l’application est peut être moins intégrée que google photos et manque de certaines fonctionnalitées (comme le fait de vous rappeler certaines journées passées que je trouvais sympa sur google photos) mais fonctionnelle.

    Je conseille de tester, pour moi l’essai est transformé!

    Répondre

    1. Merci pour votre retour d’expérience Ivan, c’est top !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.